JHWHN.INFO
Archéologie
RETOUR RETOUR
STÈLE DE MÉSA 9ème siècle avant J. -C.
La     stèle     de     Mésa,     également     appelée     “pierre     moabite”.     Ce     qui     est     extraordinaire     concernant     cette     découverte archéologique est que cette stèle n’a pas été trouvée au cours de fouilles mais gisait simplement à la surface du sol.
Fac-similé réalisé par B. Bonte  
Il   existe   plusieurs   versions   de   son   histoire.   Selon   l’ouvrage   “Sur   la   pierre   et   l’argile”   d’Henri   Michaud,   (édité   par   Delachaux et   Niestle   -   paru   en   1958),   la   stèle   aurait   été   découverte   par   F.   A.   Klein,   missionnaire   allemand,   à   Dibon   (actuellement Dibhan),   en   1868.   Mais   Clermont-Ganneau   s’impose   de   toute   évidence   comme   celui   qui   l’aurait   découvert   en   premier.   À cette   époque   il   travaillait   au   consulat   de   Jérusalem.   Il   entendit   parler   de   cette   stèle   et   en   commanda   un   estampage.   Cette reproduction   peut   être   vue   au   Louvre,   aux   côtés   de   la   stèle   de   Mésa   originale.   Il   avait   compris   que   la   stèle   était   d’une valeur   inestimable.   C’est   pour   cette   raison   qu’il   en   avait   commandée   la   copie.   Dès   que   ce   fut   réalisé,   la   reproduction   a   été mise   en   pièces   lors   de   combats   entre   les   populations.   Clermont-Ganneau   voulait   acheter   la   stèle   mais   les   Arabes   étaient méfiants.   Il   était   trop   impatient.   Les   autochtones   ne   comprenaient   pas   pourquoi   il   tenait   tant   à   acheter   une   pierre   “sans valeur”.   Ils   ont   alors   pensé   qu’il   y   avait   un   trésor   caché   à   l’intérieur.   Afin   de   le   découvrir,   ils   ont   allumé   un   feu   autour,   et quand   elle   a   été   bien   chaude,   ils   ont   déversé   de   l’eau   dessus.   La   différence   de   température   a   fait   éclater   la   stèle   en morceaux.   Il   n’y   avait   pas   de   trésor   caché   à   l’intérieur.   Clermont-Ganneau   a   pu   acheter   les   morceaux   qui   sont   maintenant au   Louvre.   La   stèle   actuelle   a   été   reconstituée   à   partir   des   fragments   et   du   plâtre,   selon   la   reproduction   qui   avait   pu   en être faite. Le   matériau   de   cette   stèle   est   le   basalte.   Sa   dimension   est   de   124   cm   de   hauteur   sur   71   cm   de   large.   Elle   est   écrite   en Phénicien.   Elle   date   d’environ   800   avant   notre   ère.   Sur   cette   stèle,   Mesha,   roi   de   Moab,   raconte   l’histoire   de   sa   conquête d’Israël. Pour mieux comprendre le contexte, mentionnons qu’il était un adorateur du dieu Kemosh. Nous pouvons lire :  
“«   C’est   moi,   Mesha,   fils   de   Kamosh(gad),   roi   de   Moab,   le   Dibonite.   Mon   père   a   régné   trente   ans   sur   Moab   et   moi,   j’ai   régné   après mon   père.   J’ai   construit   ce   sanctuaire   pour   Kamosh   de   Qerihoh,   (sanctuaire)   de   salut   car   il   m’a   sauvé   de   tous   les   agresseurs   et   il   m’a fait   me   réjouir   de   tous   mes   ennemis.   Omri   fut   roi   d’Israël   et   opprima   Moab   pendant   de   longs   jours,   car   Kamosh   était   irrité   contre son   pays.   Son   fils   lui   succéda   et   lui   aussi   il   dit   :   “J’opprimerai   Moab”.   De   mes   jours,   il   a   parlé   (ainsi),   mais   je   me   suis   réjoui   contre   lui   et contre   sa   maison.   Israël   a   été   ruiné   à   jamais.   Omri   s’était   emparé   du   pays   de   Madaba   et   (Israël)   y   demeura   pendant   son   règne   et   une partie   du   règne   de   son   fils,   à   savoir   quarante   ans   :   mais   de   mon   temps   Kamosh   l’a   habité.   J’ai   bâti   Ba’al-Me’on   et   j’y   fis   le   réservoir,   et j’ai   construit   Qiryatan.   L’homme   de   Gad   demeurait   dans   le   pays   de   ’Atarot   depuis   longtemps,   et   le   roi   d’Israël   avait   construit   ’Atarot pour   lui-même.   J’attaquai   la   ville   et   je   la   pris.   Je   tuai   tout   le   peuple   de   la   ville   pour   réjouir   Kamosh   et   Moab.   J’emportai   de   là   l’autel   de Dodoh   et   je   le   traînai   devant   la   face   de   Kamosh   à   Qeriyot   où   je   fis   demeurer   l’homme   de   Saron   et   celui   de   Maharot.   Et   Kamosh   me dit   :   “Va,   prends   Neboh   à   Israël”.   J’allai   de   nuit   et   je   l’attaquai   depuis   le   lever   du   jour   jusqu’à   midi.   Je   la   pris   et   je   tuai   tout,   à   savoir   sept mille   hommes   et   garçons,   femmes,   filles   et   concubines   parce   que   je   les   avais   voués   à   ’Ashtar-Kamosh.   J’emportai   de   là   les   vases   de Yahwé   et   je   les   traînai   devant   la   face   de   Kamosh.   Le   roi   d’Israël   avait   bâti   Yahas   et   il   y   demeura   lors   de   sa   campagne   contre   moi. Kamosh   le   chassa   de   devant   moi.   Je   pris   deux   cents   hommes   de   Moab,   tous   ses   chefs,   et   j’attaquai   Yahas   et   je   la   pris   pour   l’annexer   à Dibon.   J’ai   construit   Qerihoh,   le   mur   du   parc   et   celui   de   l’acropole,   j’ai   construit   ses   portes   et   ses   tours.   J’ai   bâti   le   palais   royal   et   j’ai   fait les   murs   de   revêtement   du   réservoir   pour   les   eaux,   au   milieu   de   la   ville.   Or,   il   n’y   avait   pas   de   citerne   à   l’intérieur   de   la   ville,   à Qerihoh,   et   je   le   dis   à   tout   le   peuple   :   “Faites-   vous   chacun   une   citerne   dans   votre   maison”.   J’ai   fait   creuser   les   fossés   (autour)   de Qerihoh   par   les   prisonniers   d’Israël.   J’ai   construit   Aro’er   et   j’ai   fait   la   route   de   l’Arnon.   J’ai   construit   Bet-Bamot,   car   elle   était   détruite. J’ai   construit   Bosor,   car   elle   était   en   ruine,   avec   cinquante   hommes   de   Dibon,   car   tout   Dibon   m’était   soumis.   J’ai   régné   ...   cent   avec   les villes   que   j’ai   ajoutées   au   pays.   J’ai   construit   ...   Madaba,   Bet-Diblatan   et   Bet-Ba’al-Me’on.   J’ai   élevé   là   ....troupeaux   du   pays.   Et   Horonan où   demeurait   ...   Et   Kamosh   me   dit   :   “Descends   et   combats   contre   Horonan”.   J’allai   (et   je   combattis   contre   la   ville   et   je   la   pris   ;   et) Kamosh y (demeura) sous mon règne .... de là ... C’est moi qui ... » ’
La suite du texte est trop détériorée pour pouvoir être traduite. En   hébreu   ancien,   les   mots   étaient   constitués   de   consonnes   et   se   lisait   de   droite   à   gauche.   La   stèle   est   écrite   dans   une   langue proche de l’hébreu. C’est de toute logique puisque les Moabites étaient les descendants de Lot, neveu d’Abraham. En   ce   qui   concerne   le   nom   divin,   elle   est   d’une   importance   capitale.   A   la   18ème   ligne,   à   droite,   on   peut   voir   écrit   “YHWH”.   La forme YHWH du nom divin était bien connue de Mesha et de ses contemporains.  
Il   est   intéressant   de   noter   que   le   récit   biblique   contenu   en   II   Rois   chapitre   3   se   rapporte   à   la   même   période.   Mesha   est   même mentionné   au   verset   4   :   «   Quant   à   Mésha   le   roi   de   Moab,   il   devint   éleveur   de   moutons,   et   il   payait   au   roi   d’Israël   cent   mille agneaux et cent mille moutons mâles non tondus » Le   livre   “Het   verhaal   van   de   bijbel”   (L’histoire   de   la   Bible)   pages   32-34   (publié   par   la   Société   Biblique   Belge,   1985,   première édition)   déclare   :   "En   II   Rois   chapitre   3,   il   est   mentionné   qu’une   coalition   d’armées   d’Israël,   Juda   et   Édom   a   pénétré   le   pays   de Moab,   quand   Mesha   se   levait.   Selon   ce   récit,   Moab   a   été   détruit   et   Mesha   a   été   enfermé   dans   une   forteresse.   En   sacrifiant son fils, il a évité une défaite totale.” Le récit biblique diffère fortement du rapport qu’en fait Mesha sur la stèle.